Evoquer Napoleon en le placant face a la litterature, peut sembler la realisation d’un travaux simple, le suivi d’un principe enfantin, la concretisation d’une affaire, somme toute : banale.

Avant d’entrer au plein c?ur de mon theme, qui ne se limitera pas a un face-a-face entre Napoleon et Victor Hugo ou uniquement avec des ecrivains francais et du dix-neuvieme siecle exclusivement, pour des raisons que j’essaierai dans une minute de vous expliquer logiquement, je tiens a exprimer a Monsieur Salasca ainsi qu’a Monsieur le maire Xavier Lacombe, mes remerciements tres sinceres et les plus chaleureux pour ne m’avoir jamais finalement, malgre des apparences que je viens de vous signaler, donne votre qu’il pourrait i?tre convenu d’appeler: « une tache intuitive ou facile».

Dans les faits, l’evidence, la facilite, la banalite, tout ce dont je vous ai parle des l’abord, ne semblent que des criteres, des qualificatifs insuffisants en ce qu’ils n’ont manifestement, apres un examen attentif, rien a voir ni avec Napoleon, ni avec la litterature.

Disons-le, quelque peu brutalement: meme en maniant le romantisme au pluriel, meme en interrogeant la dimension de heros de Napoleon, le recours a la litterature, il conviendrait d’indiquer immediatement: des litteratures, s’impose. Il va i?tre, votre recours, inevitable. Mais il n’a que dalle d’evident, ni de commode. Pourquoi ? Parce qu’il faut envisager et Napoleon et la litterature si vaste qui le concerne avec un souci net de nuances, dont la plupart seront enfin imprevues.

Nuance initiale.

Notre premiere nuance, fondamentale, que je voudrais tenter de vous preciser, c’est que Napoleon reste, pour quiconque l’examine et l’envisage, ainsi, les ecrivains n’y echappent jamais, un objet ou un sujet de fascination. Cette fascination, je voudrais la situer immediatement, via 2 citations, l’une venant d’un romancier ardu a etiqueter mais qui n’est nullement absolument sans romantisme, l’autre d’un genial touche-a-tout, homme de theatre, romancier et cineaste.

Le premier est donc Gustave Flaubert, et l’autre : Sacha Guitry.

Flaubert, donc, exprimait ceci :

« Ce qu’il y a de beau dans l’Empire, c’est l’admiration de l’empereur, amour exclusif, absurde, sublime, vraiment humain.»

Guitry, dans son scenario de la video »Napoleon », en 1955, mettait dans la bouche de Talleyrand qu’il incarnait, https://datingmentor.org/fr/apex-review/ apprenant J’ai mort de l’exile de Sainte-Helene, ces mots :

«Il exista naguere un etre fabuleux, qui avait pourtant l’aspect d’un homme, qui naquit dans une ile, reva toute sa vie de conquerir une ile, se retira dans une ile, ainsi, qui contre son gre trepassa dans une ile…» !

Ce resume, exprime entre Flaubert et Sacha Guitry, du destin de Napoleon et de votre qu’il a represente tel force d’admiration et d’amour, bien autant que le destin d’un homme ecartele et enfin foudroye via des iles, c’est incontestablement une double image romantique ; celle qui tient de l’ordre ou en passion du sentiment amoureux, a 1 degre en partie inexplicable mais fascinant concernant Flaubert ; celle une fabulation, de l’obstination d’un homme et d’une cristallisation admirablement obstinee, ayant l’ile Afin de objectif et pour miroir autant que pour tombeau, pour Guitry, donc.

On le voit bien, presse et retourne ainsi, entre les lignes par Flaubert ou face camera par Guitry et le etrange theatre anime et colore, Napoleon depasse, deja, incontestablement le dix-neuvieme siecle, celui ou s’exerca son pouvoir.

Un thi?me a limiter ou bien a elargir ?

Doit-on, en consequence, limiter les reflexions ce jour, celles que je partage avec vous, au seul siecle traverse en meteore avec Napoleon Bonaparte, entre 1769 et 1821, comme aux seuls auteurs qui l’ont su escorter ou pu suivre, a distance plus ou moins respectueuse mais encore relativement proche apres sa fond ? J’ai employe le commentaire de fascination. Il necessite, exige meme probablement, quelque peu d’explication. En user ici, dans une reflexion qui cerne Napoleon litterairement, c’est fixer l’homme tel qu’il a ete decouvert, tel qu’il fut suivi, tel aussi qu’il a manie ou mene nos peuples, tel qu’il a voulu batir et exercer le pouvoir. Pour le sens, Napoleon, litterairement envisage, appartient a une epoque, mais il a continue apres sa mort a regner dans votre vaste domaine etrange : l’imagination. Qu’il ait ete aime ou combattu, il n’a cesse d’interroger, de s’imposer en enigme.